Le compostage, un geste simple pour notre terre (par Elena)


Quand on a grandi dans une famille qui n'a jamais fait de compost et que l'on veut se lancer dans l'aventure voilà ce que l'on se dit souvent. « J'aimerais bien faire du compost. Cela me permettrait d'obtenir un engrais pour mes plantes et en plus je pourrais réduire mes déchets à traiter. J'ai vraiment envie de le faire ». Et là commence la difficulté quand la petite voix intérieure nous dit « c'est une super idée mais...Mais cela me semble compliqué et puis il faut que j'achète un composteur. Je ne sais pas quel modèle choisir. Et en plus, où est-ce que je vais le placer dans le jardin ? Et si cela sent mauvais, alors là c'est le le drame assuré avec les voisins...Misère ! »

C'est alors qu'intervient le bon samaritain de l'histoire. Celui qui rend possible le passage de l'idée à l'action car lui, il en fait depuis longtemps et en plus, pour lui, rien de plus facile car il n'y a qu'à laisser faire la nature.

C'est cette histoire qui m'est arrivée quand j'ai voulu mettre en place un compostage qui plus est collectif dans la résidence où j'habite. Grâce à Jérôme, les barrières psychologiques que j'avais sont tombées quand il m'a montré son bac à compost et qu'il m'a expliqué les quelques principes très simples qu'il applique en la matière. Quelques conseils plus tard sur le choix du modèle, l'emplacement et me voilà rassurée sur la faisabilité technique de l'entreprise. Reste à obtenir l'accord du conseil syndical. Le sujet est mis à l'ordre du jour d'une réunion du conseil et là bonheur ! L'accueil du projet par l'auditoire est enthousiaste et de deux emplacements initialement proposés, il est décidé d'en retenir trois. De là, est constituée une équipe de trois personnes comprenant le gardien qui dans la concrétisation du projet a joué un rôle majeur.

Le compostage au Clos Baron est né il y a maintenant plusieurs années. Vingt-cinq résidents s'étaient inscrits dès le départ pour participer au compostage et ont reçu un guide pour les aider. L'action s'inscrit dans la proximité et la durée. Les personnes identifiées comme participant au compostage, y compris les enfants, peuvent poser des questions soit par messagerie, soit lors de réunions en petit comité autour des composteurs.

Dans un premier temps, les composteurs se sont remplis lentement mais surement avec des consignes globalement bien respectées. Depuis, le compost a mûri, et il a servi à l'enrichissement de nos jardins.

J'espère que cette histoire vous décidera également à franchir le pas si vous souhaitez vous lancer dans le compostage et que vous hésitez encore. Si comme moi vous avez besoin de vous rendre compte de visu et in situ, n'hésitez pas à contacter l'association BiodiverCités 78, nous nous ferons une joie de vous aider.



Il n'y a aucun message pour le moment.

Laisser un message

CAPTCHA