Actu-Environnement

 

Marisol Touraine a indiqué "[avoir] décidé, avec Stéphane Le Foll et Ségolène Royal (...), de saisir l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), afin qu'elle nous propose des critères permettant de prévoir une limite maximale globale pour tous les pesticides présents dans l'alimentation, comme cela existe pour l'eau". La ministre de la Santé estime qu'"il n'y a pas de raison que les normes applicables à l'eau que nous buvons soient plus strictes que celles qui portent sur les aliments que nous mangeons".

 

L'article d'Actu-Environnement