http://s1.lemde.fr/image/2017/01/02/534x0/5056564_7_a91c_2016-12-31-8abfe7c-22205-zmfclx-py8ae2ke29_3daf0513830dad948d10909474081d41.jpg

Des chercheurs de l’Ifremer ont compilé des milliers d’études et pointent une prolifération inquiétante de cette flore marine.

Morts en masse de saumons, de sardines, de baleines, de coquillages et marées rouges à répétition : le Chili a connu une succession de catastrophes en 2016 dues à des microalgues toxiques. Leur prolifération tend à devenir plus fréquente, plus dense, et à s’étendre en mer ainsi que dans les plans d’eau douce. Avec la Société internationale pour l’étude des algues nuisibles, la Commission océanographique intergouvernementale de l’Unesco a publié un inquiétant état des lieux.

Les microalgues sont responsables de pathologies chez les humains, parfois létales
Le Monde