Le réacteur EPR en construction à Flamanville (Manche), le 16 novembre 2016.

Prolongation des réacteurs, EPR, irrégularités dans le contrôle de qualité… La charge de travail de l’autorité de contrôle ne cesse de croître, avec des moyens jugés insuffisants.

Voilà tout juste un an, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française, Pierre-Franck Chevet, s’inquiétait d’un « contexte préoccupant à moyen terme ». Douze mois plus tard, l’horizon ne s’est pas dégagé, bien au contraire. « Aujourd’hui, j’enlève le “à moyen terme”. Le contexte est préoccupant. Point »
L'article du Monde (payant)